top of page

L'église a tué ses anges

2 875,00C$Prix

L’église a tué ses anges  Carole Doyon, 2020 à 2024

 

Au départ en 2020, j’ai créé deux ailes d’ange. Le côté magique de la religion avec ses anges, ses histoires miraculeuses. Puis, avec la découverte de cimetière d’enfants autour des pensionnats, j’ai ajouté le visage d’enfant autochtone et le crucifix en forme de dague (le côté horrible de l’église). Du côté droit, le visage de l’enfant avec son identité culturel, du côté gauche, une fois qu’on lui a coupé sa tresse pour lui enlever toute trace de sa culture.

 

Quelques 150 000 enfants autochtones, inuits et métis ont été amenés de force dans les 139 pensionnats du pays. Ils ont ainsi été coupés de leur famille, de leur langue et de leur culture. On estime que 4100 enfants sont morts dans les pensionnats, de mauvais traitements ou de maladie. Selon le rapport de la Commission de vérité et réconciliation du Canada, les pensionnats autochtones ont été utilisés par l’Église catholique, puis par le gouvernement fédéral, pour commettre un véritable « génocide culturel ».

 

À cela, j’ajouterais dans le contexte de ce que nous devions dire quand nous allions à la confesse :

Mon père, je vous accuse d’avoir fait subir à des enfants de mauvais traitements, de ne pas les avoir soignés et de les avoir laissé mourir loin de leur famille. Je vous accuse d’avoir tué des enfants simplement parce qu’ils étaient nés autochtones.

Et ce n’est pas avec quatre Je-vous-salue-Marie, que vous pourrez vous en absoudre.

bottom of page